Harmonisation de la collection « Budé » : une entreprise pleine de surprises

De l'histoire de chaque volume, rééditions, numérotations et paginations

En charge du fonds des lettres classiques à la Bibliothèque d'Antiquité d'Aix (BiAA), j'ai entrepris, depuis la fin de l’année 2017, de nettoyer les notices des ouvrages de la « Collection des universités de France » (dite collection « Budé ») des éditions Les Belles Lettres, ainsi que les notices des auteurs antiques qui leur sont liées.

J'ai commencé par la « Série grecque » et j'ai actuellement traité toutes les notices d'ouvrages des auteurs commençant par la lettre « A », ce qui représente environ 100 titres. Comme je ne fais pas ce travail « à plein temps » mais « à mes moments perdus », ça avance lentement (mais sûrement).

Je traite chaque notice, livre en mains, à partir des exemplaires (et donc des éditions) disponibles à la BiAA, en m'appuyant sur le site internet des Belles Lettres pour des informations complémentaires, soit essentiellement le résumé que je « copie-colle » à partir du site, s’il existe, et la numérotation des ouvrages dans la collection.

Si la « Collection des universités de France » a été créée en 1920, les sous-collections « Série grecque » et « Série latine » proprement dites n'ont été « officialisées » qu'en 1991. C'est seulement à partir de cette date qu'une numérotation est apparue dans l'achevé d'imprimer des nouveaux ouvrages publiés. Pour ce faire, Les Belles Lettres ont dû rétrospectivement numéroter tous les ouvrages publiés depuis 1920 dans l'ordre de leur date de publication. On trouve cette numérotation sur le site internet de l'éditeur, sur la fiche de chaque ouvrage. Lors de la révision de chaque notice, j'indique donc entre crochets le nom de la sous-collection ainsi que le numéro de volume qui lui est associé. En note de collection, je précise d’où est tirée cette numérotation. Hélas, le site des Belles Lettres n'est pas exempt d'erreurs. Par exemple, les 13 volumes de L'Anthologie grecque sont numérotés de 1 à 13, ce qui est impossible étant donné que leur publication s'étale de 1929 à 1994 ! Idem pour l'Histoire romaine d'Appien, ainsi que pour les Problèmes et les Topiques d'Aristote ! C'est une des raisons pour lesquelles je préfère reprendre le catalogage « livre en mains ». Une autre raison est que cela me permet d'être exact et exhaustif dans la description de la double pagination, information totalement absente du site des Belles Lettres. Après avoir révisé complètement la notice du livre en main, je fusionne les doublons par année d'édition, avant de les nettoyer et de les compléter, le cas échéant. Les rares volumes absents des rayons de la BiAA seront traités ultérieurement.

Ainsi, si la base comprenait 12 notices pour un ouvrage comptant 3 éditions différentes, il ne reste alors plus que 3 notices, une par année d'édition ou d'impression, puisque Les Belles Lettres ont tendance à considérer chaque nouveau tirage comme une nouvelle année d'édition. Par ailleurs, chaque fiche d'auteur antique fait l'objet d'un nettoyage complet selon les nouvelles normes (nom de l'auteur en français en lieu et place de la forme latine du nom de l'auteur antique et ses formes rejetées). J'effectue les corrections à partir des informations contenues dans la base de données « data.bnf ».

NB : je ne m’occupe que du catalogage de ces notices, je ne (re)fais pas l’indexation de chaque ouvrage.

 

Le récapitulatif d'avancement des travaux est détaillé dans le tableau joint : HarmonisationCCI-Bude_sept2018.xlsx

Légende du fichier Excel et des colonnes :

A – Auteur (tel que mentionné sur la page de titre de l'ouvrage).

B – Auteur tel que donné sur le site data.bnf et donc tel que corrigé dans la notice « Auteur » de Frantiq, le cas échéant.

C – Titre de l'ouvrage.

D – Editeur scientifique du texte antique, parfois aussi traducteur.

E – Traducteur si différent de l'éditeur/traducteur en D.

F – 1er Collaborateur éventuel.

G – Année de la première édition de l'ouvrage. En italique : 1ère année d’édition supposée (non mentionnée ou erronée sur le site des Belles Lettres).

H – Année de la dernière édition/impression connue.

I – Numéro dans la collection mentionné dans l'achevé d'imprimer de l'ouvrage.

J – Numéro dans la collection mentionné sur le site des Belles Lettres. En rouge : Numéro erroné figurant sur le site des Belles Lettres. En vert : Numéro correspondant à la dernière édition (ou impression) de l’ouvrage si différent de celui de la première édition.

K – En cas de litige entre I et J, numéro dans la collection mentionné sur le catalogue papier de la « Collection des universités de France » des Belles Lettres (édition 2015), plus fiable que le site internet.

L à T – Années d'édition de chaque ouvrage dont une notice figure dans la base Frantiq. Toutes les notices ont été fusionnées par année d'édition. Les années en gras correspondent aux éditions disponibles à la BiAA. Les années surlignées en jaune signifient que les notices correspondantes ont été entièrement corrigées dans Frantiq.

U- Remarques éventuelles.

 

Par G. Bénière, BiAA